Protégez votre régime contre la hausse des coûts

Protégez votre régime contre la hausse des coûts

Les dépenses consacrées aux médicaments d’ordonnance ne cessent d’augmenter au Canada. Nous nous trouvons désormais au deuxième rang des pays où le prix des médicaments est le plus élevé, juste derrière les États-Unis. En 2015, les Canadiens ont dépensé 29,4 milliards de dollars en médicaments d’ordonnance, ce qui correspond à l’exécution de 625 millions d’ordonnances.

Les médicaments spécialisés font l’objet de 2 % seulement des demandes de remboursement de médicaments d’ordonnance présentées au Canada; pourtant, leur coût représente 30 % du montant total des remboursements demandés. Grâce à ces médicaments, les personnes souffrant de maladies débilitantes, comme la sclérose en plaques ou le cancer, peuvent mener une vie normale ou même guérir, dans certains cas. D’après les prévisions, le coût des médicaments spécialisés devrait continuer d’augmenter jusqu’à représenter 42 % du montant total des remboursements demandés d’ici 2020.

Que signifient vraiment ces chiffres?

Pour bien comprendre la tendance, il faut considérer plusieurs facteurs déterminants :

  • Notre population vieillit et l’espérance de vie s’accroît.
  • De plus en plus de maladies chroniques sont diagnostiquées, ce qui donne lieu à la prescription de plus en plus de médicaments ciblant ces maladies.
  • Un nombre croissant de maladies sont diagnostiquées et traitées de façon précoce.
  • Les patients prennent en main leur santé de façon proactive, ce qui fait croître les demandes de traitements.
  • De plus en plus de nouveaux médicaments spécialisés, toujours plus chers, sont proposés pour traiter les maladies chroniques.

À titre de promoteur de régime, vous savez que la hausse du coût des soins de santé entraîne une augmentation des primes, ce qui risque d’accroître la tension sur cette enveloppe budgétaire.

L’efficacité de votre régime d’assurance repose en grande partie sur l’atteinte de l’équilibre entre les protections offertes par le régime et le coût de celui-ci.

Contrôlez les coûts pour offrir une assurance abordable

Un certain nombre d’options touchant la conception des régimes peuvent vous faire réaliser d’importantes économies tout en préservant la qualité des garanties offertes aux participants au régime.

La substitution obligatoire par des médicaments génériques consiste à exiger que le pharmacien délivre la version équivalente la moins chère d’un médicament, en général la version générique, si cette version existe. Grâce à la substitution obligatoire par des médicaments génériques, vous êtes sûr que toutes les demandes de remboursement visant des médicaments pour lesquels une version générique existe sont présentées au prix de l’équivalent le moins cher, même si un médecin indique sur l’ordonnance qu’il ne doit pas y avoir de substitution.

La quote-part de l’assureur et le copaiement sont des moyens efficaces de partager les coûts. Les promoteurs de régime peuvent fixer une franchise par ordonnance et choisir le pourcentage qui sera remboursé aux participants au régime pour chaque demande de remboursement de médicament d’ordonnance.

La fixation d’un maximum pour les quantités délivrées peut contribuer à réduire le gaspillage et à diminuer les sommes dépensées pour des médicaments entraînant des effets secondaires. Lorsqu’un médicament à action immédiate se transforme en médicament d’entretien, le pharmacien peut délivrer une réserve de médicament pour 100 jours afin de réduire les frais d’exécution d’ordonnance.

Un plafond pour les frais d’exécution d’ordonnance peut encourager les participants au régime à fréquenter la pharmacie qui leur offrira le meilleur tarif.

L’établissement d’un plafond permet de limiter les remboursements de médicaments au cours d’une année civile.

Co-operators offre un large éventail d’options d’assurance médicaments susceptibles de répondre aux besoins de vos participants. Nous vous aiderons à contenir la hausse du coût des médicaments sans faire de compromis sur la valeur du régime offert à vos employés.

Pour tout renseignement complémentaire, communiquez avec votre conseiller en régimes d’assurance collective.