Du 6 au 10 septembre 2021

Dernières nouvelles

Les marchés boursiers ont reculé tandis que les investisseurs évaluaient les risques qui pèsent sur la reprise

L’indice TSX canadien et les principaux marchés boursiers américains sont tombés de leurs récents sommets. En effet, les risques que les variants de la COVID-19 font peser sur le rythme de la reprise économique mondiale et les inquiétudes entourant le retrait imminent des mesures de soutien des banques centrales dans le monde incitent les marchés à la prudence.

Les données économiques en provenance de la Chine – faisant étant d’une augmentation plus rapide que prévue des activités d’importation et d’exportation en août – et les chiffres de l’emploi solides au Canada et aux États-Unis n’ont pas suffi à maintenir les marchés boursiers à des niveaux records. Au lieu de cela, les infections à la COVID-19 ont entravé les plans de réouverture aux États-Unis et menacé de freiner l’activité économique dans le monde entier. Dans le même temps, les nouvelles selon lesquelles les banques centrales – de la Banque centrale européenne à la Réserve fédérale américaine ainsi que la Banque du Canada – s’apprêtaient à lever leur soutien d’urgence ont pesé sur les rendements.

Les prix du pétrole sont restés volatils pendant une grande partie de la semaine en raison de la baisse de la production américaine dans le sillage de l’ouragan Ida, mais aussi des protestations dans les champs pétrolifères libyens qui ont entravé les exportations de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses alliés. Les prix du pétrole ont remonté à la fin de la semaine. La nouvelle selon laquelle la Chine prévoyait de libérer des réserves a été accueillie comme un signe positif, soit que la deuxième plus grande économie du monde s’attendait à une augmentation de la demande des produits de base au quatrième trimestre.

La Banque du Canada a clarifié son calendrier pour le retrait des mesures d’urgence

Dans sa dernière annonce de mercredi, la banque centrale du Canada a maintenu son taux directeur à 0,25 % – niveau qu’elle s’est engagée à maintenir jusqu’à ce que l’économie se remette des effets de la crise de la COVID-19. La banque a ajouté qu’elle continuerait d’acheter pour 2 milliards de dollars d’obligations gouvernementales canadiennes chaque semaine, tout en réaffirmant qu’elle réduirait ces achats à mesure que l’économie se rétablirait. Elle a également maintenu ses prévisions d’accélération de la croissance économique au deuxième semestre, malgré les données du PIB de juillet qui suggèrent un ralentissement de la croissance.

Jeudi, dans un discours virtuel prononcé devant la Chambre de commerce du Québec, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a donné plus de précisions sur le calendrier et l’approche entourant le retrait du soutien de la politique monétaire. Il a expliqué que la banque a l’intention de ramener ses achats d’obligations à un niveau proche de zéro et à les maintenir à ce niveau pendant un « certain temps » avant de commencer à retirer son soutien à l’économie. Lorsque le moment sera venu, la première étape consistera à augmenter son taux directeur plutôt que de réduire ses avoirs obligataires. Ce plan concorde avec les attentes des économistes et du marché, qui prévoient une réduction finale des achats d’obligations plus tard cette année, suivie d’une hausse des taux plus tard en 2022.

Les élections canadiennes entrent dans leur dernière ligne droite après les débats des chefs

Des millions de Canadiens ont suivi les débats télévisés nationaux de mercredi et jeudi, au cours desquels chaque chef de parti a présenté et défendu ses plans sur diverses questions, notamment la pandémie et son impact sur l’économie. Les sondages annoncent une course serrée à deux voies lundi prochain (le 20 septembre) entre les libéraux et les conservateurs, le NPD et le Bloc québécois étant en position de détenir la balance du pouvoir dans un parlement minoritaire.

Bien que chaque parti ait mis de l’avant des plans distincts, tous promettent des milliards de dollars en nouvelles dépenses et initiatives fiscales. Compte tenu des niveaux records d’inflation et des signes récents de ralentissement de la croissance économique, les investisseurs resteront très attentifs à l’approche du jour des élections. « Les marchés n’aiment pas l’incertitude, note Andrew Clee, vice-président aux produits chez Fidelity Canada. À l’approche d’une élection, lorsque l’incertitude augmente, les rendements ont tendance à stagner. De notre expérience passée, dès que le résultat est connu et que l’incertitude se dissipe, les marchés ont tendance à monter. Nous connaissons les politiques économiques et fiscales du nouveau gouvernement, et nous pouvons réagir en conséquence. La levée de l’incertitude est généralement bénéfique aux marchés boursiers. »


Marché boursier et obligataire*
INDICE CLÔTURE SEMAINE CUMUL ANNUEL
Indice composé S&P/TSX 20 633,06 -0,90 % 18,35 %
Dow Jones Industrial Average 34 607,72 -2,15 % 13,07 %
Indice S&P 500 4 458,58 -1,69 % 18,70 %
Indice composé Nasdaq 15 115,49 -1,61 % 17,28 %
Rendement des obligations du GdC de 10 ans 1,23 % 0,04 % 0,56 %
Rendement des bons du Trésor américain de 10 ans 1,35 % 0,02 % 0,42 %
Cours du pétrole brut WTI ($ US/baril) 69,72 0,62 % 43,69 %
Dollar canadien 0,7917 $ US -0,89 % 0,80 %
Taux préférentiel de la Banque du Canada : 2,45 %

* Résultats hebdomadaires terminés le 10 septembre 2021. Sources : www.bloomberg.com, www.banqueducanada.ca et www.treasury.gov.


Ce qui nous attend

  • Données sur l’inflation : Après des résultats supérieurs aux prévisions en juillet, les investisseurs seront à l’affût de signes indiquant que l’inflation est maîtrisée et conforme aux attentes des banques centrales. Les chiffres du mois d’août seront publiés mardi aux États-Unis et mercredi au Canada.

Dates importantes

  • 20 septembre : Élections fédérales canadiennes
  • 21 et 22 septembre : Réunions et déclaration de la Réserve fédérale américaine
  • 11 octobre : Fermeture des marchés canadiens pour l’Action de grâce

À retenir

Ce n’est pas la première fois que nous traversons une période d’incertitude. Les fluctuations et la volatilité du marché font partie inhérente de chaque phase du cycle boursier. Cependant, nous les remarquons davantage lorsque les marchés sont en baisse. Savoir et garder confiance que votre plan de placement est axé sur vos objectifs personnels constitue votre meilleure défense contre les baisses du marché. Il peut être utile de parler à un représentant de Co-operators pour vous assurer que votre plan ne déroge pas de ses objectifs.


Cet article se veut une source d’information générale qui n’est valable qu’au moment de sa parution, et ne constitue ni une offre ni une sollicitation concernant la vente ou l’achat de produits de placement. Son contenu ne vise pas à fournir des conseils juridiques, fiscaux, de placement ou autres.

Les fonds communs de placement sont offerts par l’intermédiaire de Services d’investissement financier Co-operators inc. Les fonds distincts et les rentes sont administrés par Co-operators Compagnie d’assurance-vie. Co-operators Compagnie d’assurance-vie et Services d’investissement financier Co-operators inc. s’engagent à protéger la vie privée de leurs clients, ainsi que la confidentialité, l’exactitude et la sécurité des renseignements personnels recueillis, utilisés, conservés et divulgués dans le cadre de leurs affaires. Veuillez consulter notre politique de protection des renseignements personnels pour en savoir plus.

Co-operatorsMD est une marque déposée du Groupe Co-operators limitée, utilisée avec permission.